Actualités

ENTREPRENEURIAT EN AFRIQUE FRANCOPHONE.

ENTREPRENEURIAT EN AFRIQUE FRANCOPHONE.

 

    En effet, l’entrepreneuriat se définit comme une initiative qui vise à s’installer à son propre compte en créant une entreprise ou en mettant sur pied une activité lucrative afin d’apporter des solutions innovantes pour répondent à des besoins.

    Cependant, il nous faut trouver la source du problème lié au chômage surtout en Afrique francophone avant de proposer des solutions concrètes.

Selon notre humble analyse, le problème du chômage dans les pays francophones est lié au système éducatif qui impose aux étudiants une mentalité de bureaucratie.

    C’est pourquoi, la jeunesse francophone n’est pas aussi entreprenante à l’instar de celle des pays anglophones.

    A titre d’illustration, aucun francophone n’est classé dans le classement du top 10 des entrepreneurs africains à succès. Ceci est inacceptable.

Nous proposons comme solutions, l’instauration des modules suivants, comme matières de base, dans les différents programmes des écoles :

- L’Education financière ;

- L’entrepreneuriat et la création d’entreprise ;

- Processus de recherche de subventions et de prêts.

 

NB : Ces formations pratiques doivent être :

- Enseignées dans les écoles primaires, collèges, lycées et grandes écoles ;

- Dispensées par des formateurs qualifiés, en l’occurrence des jeunes entrepreneurs qui serviront en même temps de modèles.

 

    Par ailleurs, les Etats doivent prendre des mesures d’accompagnement financier et technique pour soutenir tous les jeunes qui osent se lancer dans l’aventure en :

- Accordant une exonération d’impôts sur au moins deux (2) ans ;

- En se portant garant auprès des banques ou bailleurs de fonds pour permettre aux porteurs de projets d’avoir des prêts ou des subventions ;

 

 

- En organisant des concours de start-up, à des fréquences régulières, pour récompenser les meilleurs projets ;

- Encourager les promoteurs des activités du secteur informel à régulariser leur situation via des exonérations de taxes ou des plans de financement.

   Car, selon la définition que nous donnons aux PME (Principaux Moteurs de l’Economie), les Etats gagneraient à soutenir ces entreprises qui représentent près de 45% du PIB.

   Dans le but d’aider l’Etat de Côte d’Ivoire dans son rôle régalien, nous avons sacrifié notre poste en entreprise afin de nous mettre au service de notre communauté pour venir en aide aux sans-emplois.

   C’est ainsi que le 03 Mars 2017, nous avons créé à seulement 24 ans, l’entreprise N’HOLLE Conseil & Expertise (NCE.SARL) qui aujourd’hui, emploie sept (7) personnes et a volontairement reçu vingt et un (21) stagiaires pour leur stage de soutenance et de validation du diplôme du Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en son sein de Janvier à Avril 2018.

 

 

   Nous inculquons à ces jeunes stagiaires ivoiriens, la culture de l’épargne, de l’investissement, de l’entrepreneuriat afin de changer leurs mentalités qui sont tributaires de « J’ai l’honneur ».

   Ainsi, nous contribuons à la lutte contre le chômage qui implicitement réduit le taux de pauvreté qui est l’un des objectifs du Développement Durable.

   Nous avons, sur le terrain, formé au moins 157 étudiants dans les grandes écoles de Côte d’Ivoire en entrepreneuriat. A l’Institut National Polytechnique Houphouët-Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro et à l’Ecole des Etudes Commerciales et Economiques (EECE) d’Abidjan, Angré.

 

 

Partager

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un (*) ne doivent pas etre vide

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En parcourant ce site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus
ok